Article mis en avant

A.L.S.© et discours subjectifs : présentation du carnet

Analyse des Logiques Subjectives© (A.L.S.©) : méthode d’analyse de textes écrits ou parlés.

L’Analyse des Logiques Subjectives© est une méthode originale d’analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Elle permet, sans recourir au non-verbal, d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il pourrait persuader ou séduire.

L’A.L.S.© prend en compte le sens des items lexicaux non pas globalement, mais en le décomposant en « atomes » de sens le plus élémentaires possible, afin de trouver des tendances générales, des invariants subjectifs indépendants du sujet abordé dans le texte considéré. Elle peut être considérée comme une « micro-sémantique du fantasme », s’inscrivant dans une « logique de la déraison », et ouvrant la voie, par les modestes simulations qu’elle permet, à une forme de Subjectivité Artificielle : http://fr.calameo.com/read/00137994920a3d2ecc7d5

Elle trouve des applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature (Camus), poésie (Baudelaire), traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale.

Ce carnet de recherche se donne pour objectifs :

  •  l’exposé de la méthode (avec renvois bibliographiques),
  • le partage d’hypothèses de travail,
  • la présentation critique et le suivi des recherches en cours,
  • la mise à disposition d’un lexique évolutif d’expressions et locutions commentées,
  • et la suggestion d’applications à des corpus proposés par les lecteurs.

 

Article mis en avant

Exposé de la méthode

(1ère version en cours de correction : mise en page, fautes de frappe, liens à vérifier…)

L’analyse des logiques subjectives est une méthode originale d’analyse du discours qui permet, entre autres, de faire correspondre des modes caractéristiques d’expression verbale avec des structures psychopathologiques.

Sommaire

  • 1 Présentation sommaire de l’Analyse des Logiques Subjectives (A.L.S.)
    • 1.1 Définition
    • 1.2 Les séries (définition en extension)
    • 1.3 Les points de vue
    • 1.4 Les parlers
    • 1.5 Les combinaisons de parlers
  • 2 Filiations
  • 3 Genèse des séries et parlers
    • 3.1 Le terme psychanalytique d’identification
    • 3.2 Hypothèse de l’A.L.S.
  • 4 Description approfondie des séries, points de vue et parlers
    • 4.1 Essai de caractérisation linguistique
    • 4.2 Règles et remarques
  • 5 Validation directe et indirecte, critiques et autocritiques, résultats (Plan)
    • 5.1 La validation directe de l’A.L.S.
    • 5.2 Il existe d’autre part une « validation indirecte » de l’A.L.S.
    • 5.3 Critiques et autocritiques
  • 6 Applications de l’A.L.S.
    • 6.1 En psychanalyse
    • 6.2 Dans les sciences du langage
      • 6.2.1 En sémantique
      • 6.2.2 En rhétorique et en argumentation
      • 6.2.3 En poésie et littérature
      • 6.2.4 Dans les traductions
    • 6.3 Dans les sciences humaines en général
  • 7 Notes et références
  • 8 Bibliographie

Présentation sommaire de l’Analyse des Logiques Subjectives (A.L.S.)

Définition

L’A.L.S. est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir à la communication non verbale, d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. N’analyser que les mots permet d’utiliser des textes anonymes ou signés dont les effets se font sentir sur le lecteur (sympathie, antipathie, indifférence) même s’il ne connaît pas l’auteur (qui peut être à distance dans le temps et/ou l’espace). Ainsi pour Baudelaire (Baudelaire, 1993, pp. 34-35) :

« Quatre lecteurs différents veillent aux portes des Fleurs du mal, [définis] par les rapports de similarité ou de dissimilarité qu’ils entretiennent avec [Baudelaire]. [Par exemple] [un] lecteur potentiel « sobre et naïf homme de bien » est l’exact opposé [de Baudelaire], jardinier du mal ».

On prend en compte le sens des mots, non pas globalement, mais en le décomposant en « atomes » de sens le plus élémentaires possible, afin de trouver des tendances générales, des invariants subjectifs indépendants du sujet abordé dans le texte considéré (« isotopie subjective »).

Les séries (définition en extension)

Il existe dans une langue comme le français des sous-langues subjectives ou « parlers » qui, bien que différentes, se comprennent tant bien que mal en se retraduisant l’une dans l’autre. Ce sont des combinaisons de mots dotés d’une valeur positive ou négative.

  • Les mots simples (« atomes ») sont des adjectifs exprimant des propriétés simples (ouvert/fermé, nouveau/ancien), distribués dans deux listes d’opposés, les séries :
    • La série « A » concerne l’extérieur, le changement, le désordre, la destruction de l’ancien. Elle se compose d’adjectifs simples comme : ouvert, souple, varié, changeant, nouveau, libre…
    • La série « B » concerne au contraire l’intérieur, le non-changement, l’ordre, la conservation. Elle se compose d’adjectifs simples comme : sérieux, ferme, stable, ancien, solide, durable…
  • Les mots complexes (« molécules ») sont des adjectifs complexes, des noms, des verbes et des adverbes dont le sens peut se décomposer en atomes A ou B.
    • Quand ils sont de composition à peu près homogène, on les rattache à la série A (ainsi « papillon » : mobile, léger, rapide, désordonné) ou B (« tortue » : lourde, lente, rigide). C’est une approximation, car seuls les adjectifs simples appartiennent aux séries.
    • S’ils sont de composition mixte ou difficiles à analyser, on les dira respectivement « neutres » (noté « 0 ») ou « indécidables » (noté « ? »).
  • La valeur associée à chaque mot est la résonance favorable ou défavorable qu’a ce mot pour celui qui le dit. Elle est positive (« + »), négative (« – »), neutre (« 0 ») ou indécidable (« ? »). Elle peut changer chez un locuteur selon les moments ou selon les périodes de la vie.

Les points de vue

Ils s’obtiennent en comparant pour chaque mot pertinent d’un texte sa série et sa valeur. Ils peuvent changer, comme la valeur, selon les instants ou selon les âges de la vie.

  • Le point de vue « extraverti » (désigné par la lettre E) valorise la série A et dévalorise la série B, ce qui peut se noter :

            A + = B = E…………….. Exemple : je suis quelqu’un d’ouvert, je ne suis pas borné

(Dorénavant, pour faciliter leur repérage, les mots A figureront en italique, et les mots B en gras).

  • Le point de vue « introverti » (désigné par I) valorise la série B et dévalorise la série A, ce qui peut se noter :

            B + = A = I…………….. Exemple : je suis quelqu’un de sérieux, je ne suis pas un plaisantin.

Le point de vue « extraverti » choisira donc ses mots dans la série A pour présenter ce qu’il aime, et dans la série B pour présenter ce qu’il critique, n’aime pas ou même redoute :

      joie : mon cœur déborde (A+)…………….. chagrin : j’ai le cœur lourd, serré (B).

Le point de vue « introverti » choisira au contraire ses mots dans la série B pour présenter ce qu’il aime, et la série A pour présenter ce qu’il critique, n’aime pas ou même redoute :

      joie : mon cœur est comblé (B+)……………..chagrin : ça me fend le cœur, mon cœur saigne (A)

Conséquences :

  • Le « même » mot ou la « même » expression peut être valorisé (+) pour le point de vue « extraverti » et dévalorisé () pour le point de vue « introverti », et inversement :
    • s’envoyer en l’air (référence : accident) (A-) / s’envoyer en l’air (réf. : plaisir) (A+)
    • le Viêt Nam, c’est l’enfer (A) / Get 27 [boisson], c’est l’enfer (A+)

De fait, il ne s’agit pas des « mêmes » mots ou expressions, mais d’homonymes (forme commune, emploi différent) sous l’angle de l’A.L.S.

  • Pour décrire le même type de plaisir, les locuteurs recourent à des mots de séries opposées :
    • pour les plaisirs de la table : se remplir la panse, s’en mettre plein la lampe (B+) / s’exploser le ventre, se faire péter la panse (A+)
    • pour la drogue, le toxicomane peut dire qu’il se défonce (A+) ou bien qu’il se fixe, se cale (B+)
  • De même, pour décrire le même type de désagrément :
    • être pété (A) / être bourré (B) (domaine de référence : l’ivresse),
    • être fondu (A) / être givré (B) (domaine de référence : la folie),

C’est à tort que les dictionnaires disent synonymes certains mots de même référent et de même valeur (+ ou -). Ils contiennent des atomes opposés, qui renseignent sur la subjectivité de leur émetteur. Les locuteurs utilisent « partialement » ces pseudosynonymes : interviewés sur leur emploi ils les disent intercheangeables, mais en parlant ils ne les confondent pas. Il s’agit donc pour l’A.L.S. d’homonymes au sens large.

  • Cette notion de point de vue « instantané » (valable pour le seul mot qu’on analyse) peut être étendue à l’échelle d’un texte entier, qui présente en général une dominante « I » ou « E », sauf dans le cas du parler « hésitant » décrit ci-dessous.

Les parlers

C’est l’extension à l’échelle d’une vie de la notion de point de vue, recoupant la notion empirique de personnalité et la notion psychanalytique d’identification : chacun joue « sa » biographie comme un acteur dit « son » texte, en fait écrit par un autre… Les sous-langues subjectives, ou « parlers», recombinent dans le temps (de l’adolescence à la fin de la vie, voir § Genèse) les points de vue « I » et « E », ce qui aboutit à :

  1. Un parler « conservateur » (I → I), correspondant à la personnalité obsessionnelle : « introverti incorruptible », nostalgique du Paradis perdu, qui commence « I » et finit « I ».
  2. Un parler « changement/destruction » (→ E), correspondant à la personnalité hystérique : « extraverti incorrigible », tenté par l’Enfer, qui commence « E » et finit « E ».
  3. Un parler « du progrès » ou « constructeur » (E I), sans équivalent séméiologique : « extraverti repenti », transitant par le Purgatoire, qui commence « E » et finit « I ».
  4. Un parler « hésitant » (I ou E, abréviation de → → → E …), en gros la personnalité phobique : « éternel indécis », oscillant toute sa vie entre « E » et « I ».

Les combinaisons de parlers

  • Il existe un parler « → I raté » où le locuteur échoue ou même meurt au moment d’achever le chef-d’œuvre qui rachète son errance antérieure.
  • Les représentants du parler « hésitant » peuvent « pencher » du côté du parler → I ou du parler → E : face à une situation angoissante, les premiers (« attentistes ») se tiendront sur leurs gardes, les seconds (« entreprenants ») fonceront quand même, tels des chevaliers « avec peur et reproche » ! Ces dénominations sont empruntées à B. Cathelat et son Socio-Styles-Système(cf. § Validation, infra).

L’existence de ces combinaisons montre au lecteur nous suspectant de schématisme que la liste actuelle des possibilités n’est pas limitative.

Filiations

L’A.L.S. s’inspire de certains énoncés de Jacques Lacan (théorie des « Quatre Discours ») ; elle cherche à les valider par leur mise en relation avec des corpus tirés du discours courant. Quelle relation entre parlers dans l’A.L.S et discours chez Lacan ? Ses « mathèmes » (symboles formalisant l’expérience clinique) décrivent les discours du Maître, de l’Université, de l’Hystérique et de l’Analyste. Mais ils n’empêchent pas les interprétations fantaisistes des disciples, et les corrélations avec l’observation clinique sont parfois douteuses (cf. § Applications).

Refuser ces formules, ambiguës et peut-être prématurées, pour repartir du mot à mot des énoncés, a conduit à proposer l’A.L.S. Celle-ci décrit des parlers ne recoupant qu’en partie les discours de Lacan, ce qui n’empêche nullement la compatibilité de l’A.L.S. avec les prémisses lacaniennes, et qu’aux parlers s’applique ce que Jean-Claude Milner[1] dit des « quatre discours » :

« […] un discours […] n’est […] qu’un ensemble de règles de synonymie et de non-synonymie. […] dire qu’il y a coupure entre deux discours, c’est seulement dire qu’aucune des propositions de l’un n’est synonyme d’aucune des propositions de l’autre. […] il ne peut y avoir de synonymies […] qu’à l’intérieur d’un même discours et entre discours différents les seules ressemblances possibles relèvent de l’homonymie. »

Genèse des séries et parlers

Partant du constat qu’il existe des sous-langues différentes, avançons à présent des arguments en faveur de la nature identificatoire et fantasmatique des séries, points de vue et parlers que décrit l’A.L.S.

Le terme psychanalytique d’identification

  • Le premier temps de l’identification consiste à se mettre à parler, à s’identifier au fonctionnement du langage sans toutefois encore se désigner dans l’énoncé (l’enfant ne dit pas « je » d’emblée).
  • Le deuxième temps fonde depuis le dire du parent (nom propre, pronoms personnels) la conviction de l’enfant d’être quelqu’un, une entité unifiée, et de plus l’auteur de son discours, pourtant venu de l’autre.
  • La « troisième identification » met en place le fantasme, qui peut recevoir une définition linguistique : « selon la théorie freudienne, un fantasme se laisse toujours exprimer par une phrase, ou plus exactement par une formule phrastique, dont chaque variante répond en principe à un fantasme distinct » (Jean-Claude Milner). Le sujet de l’inconscient, tel que le pose la théorie freudo-lacanienne de la subjectivité, est alors constitué.

Hypothèse de l’A.L.S.

C’est le discours parental qui détermine, non de façon linéaire mais avec des transformations elles-mêmes « programmées », le discours fantasmatique de l’enfant, différemment selon qu’il est idéalisé ou rejeté (cas extrêmes). L’enfant, une fois identifié au texte du désir parental, qualifiera et traitera désormais tout objet (y compris lui-même et son parent) comme le parent l’a qualifié et a souhaité le traiter. C’est la satisfaction du parent, et non la sienne, qu’il exprime et recherche sans le savoir. Les adjectifs extraits des appréciations du parent sur lui, et les verbes décrivant le sort qu’il lui souhaite, fourniront les atomes valorisés dans les énoncés fantasmatiques, et constitutifs des séries.

  1. Les adjectifs décrivent l’objet
    1. tel qu’il est jugé par le parent (beau, laid, conforme, inattendu, etc.)
    2. et tel qu’il devrait être pour rendre possible l’action que le parent veut exercer sur lui ou le comportement qu’il en attend : léger… pour mieux s’en débarrasser s’il est « un fardeau« , prudent s’il s’agit de le protéger.
  2. Les verbes décrivent l’attitude du parent
    1. devant l’enfant idéalisé : aimer, adorer, prendre au sérieux, respecter, regarder, voir, contempler, posséder, maîtriser, garder, protéger, enfermer, retenir, contenir, isoler, incorporer (souvent métaphorisé en manger), nourrir, remplir, etc.,

    2. devant l’enfant non désiré : verbes exprimant la déception, la surprise, l’étonnement, la peur, l’horreur, haïr, détester, maudire, ne pas prendre au sérieux, tourner en dérision, ainsi que les moyens de se débarrasser d’un tel enfant, de le faire changer, ou de l’ignorer : détruire (ouvrir, casser, démolir, brûler, éclater, déchirer, percer, etc.), changer, modifier, altérer, déformer, tordre, déplacer, remuer, secouer, éloigner, écarter, chasser, (faire) sortir (parfois métaphorisé en vomir), abandonner, laisser tomber, lâcher, jeter, perdre, égarer, donner, vendre, échanger, méconnaître, ignorer, oublier, etc., tous ces mots étant valorisés secondairement chez l’adulte que cet enfant deviendra.

Les verbes exprimant le souhait du parent pourront se retrouver dans le discours de l’enfant à la voix active, passive, ou pronominale.

  • On perçoit en général aisément la relation entre le fait d’avoir été gardé précieusement (« je le garde » parental), et le fait de trouver « sa » satisfaction à garder les objets ou les personnes, à se garder (des dangers ou des contacts), et à être gardé. La piété filiale, où l’enfant divinisé voue un culte à ses parents, est quant à elle un exemple de « retour à l’envoyeur ».

  • Il est moins évident d’envisager que « s’éclater, se défoncer, s’envoyer en l’air, se fendre la gueule » résultent de la transformation pronominale d’un « je l’éclate, je le défonce, je l’envoie en l’air, je lui fends la gueule » parental. C’est pourtant là tout simplement la thèse freudolacanienne de la réversibilité du sujet et de l’objet dans le fantasme. L’auto-agressivité qui va de l’exposition au danger jusqu’au suicide se double d’une hétéro-agressivité qui va du non-respect d’autrui jusqu’à sa destruction, les deux se conjoignant dans l’exemple du terroriste sautant avec sa bombe. On peut reconnaître dans le parricide un « retour à l’envoyeur » au parent rêvant d’infanticide.

Les traits sémantiques minimaux ou « atomes » extraits de ces verbes et adjectifs sont précisément ceux qui constituent les séries :

  • La série destruction-disparition-éloignement-changement, ou série A.
  • La série conservation-intégrité-stabilité, ou série B.

Description approfondie des séries, points de vue et parlers

Essai de caractérisation linguistique

Les deux points de vue I et E, et leurs combinaisons (les parlers), évoquent les lectes que décrit M. Le Guern (1983)[2] :

Une langue est une polyhiérarchie de sous-systèmes. Certains […] offrent aux locuteurs des choix entre diverses variantes. Chacune [est] un lecte… Les lectes […] ne seront assignés ni à un individu, ni à une catégorie sociale, ni à une aire géographique, ni à un genre particulier de communication. Ils seront étudiés « en soi », dans leurs purs rapports oppositifs […].

– Les séries d’atomes A et B sont donc des listes de traits sémantiques minimaux (ou sèmes) opposés terme à terme, par exemple ouvert/fermé, souple/rigide, lointain/proche. Le discours, dans son fonctionnement fantasmatique, réduit les « éventails » cognitifs, par exemple les états de la matière, à deux traits opposés (ici : fluide/ non fluide). C’est la nécessité d’argumenter, de défendre « son » identification, qui place le locuteur dans un camp ou l’autre même s’il peut en changer au cours de son argumentation.

Si un trait est valorisé dans une série, il est par définition dévalorisé dans l’autre. À ce propos, tantôt le français fournit deux mots différents pour une même réalité, deux doublets dont l’un est valorisé, l’autre péjoratif, ce qui permet de comprendre et de simuler les « dialogues de sourds » suivants, où joue la figure de rhétorique dite paradiastole :

  • extraverti : Vous êtes rigide, soyez donc plus souple !
  • introverti : C’est vous qui êtes laxiste, soyez donc plus rigoureux !

tantôt il n’existe qu’un mot pour une réalité donnée, et c’est le contexte qui nous indique si ce mot est valorisé ou péjoratif :

  • extraverti : Je me sens le cœur léger… (A+)
  • introverti : Justement, vous prenez tout à la légère ! (A-)

– Les signifiants complexes (verbes, adjectifs complexes, substantifs, adverbes) ne se répartissent pas a priori en séries. On peut décrire pour chacun d’eux sa composition en atomes :

  • Certains, de composition presque homogène, seront employés pratiquement sans ambiguïté

comme se rattachant à l’une ou l’autre série (cf. ci-dessus « papillon » et « tortue »).

  • D’autres, contenant des traits des deux séries, seront déterminés par le contexte. NATURE peut s’associer à verdure, espace, évasion, grand air, état sauvage, donc être rattaché à la série A (ex : « se perdre dans la nature »), ou s’associer à l’idée d’une mère nature, éternelle, antérieure à l’homme, sanctuaire à protéger, norme biologique à respecter. Il est alors dans la série B. Ex : « mœurs contre nature », « mère dénaturée », « chassez le naturel, il revient au galop », etc.

– Les expressions et locutions figées (« dépasser les bornes », « couper les ponts ») [3]

On peut assez souvent dégager des règles de calcul simples pour déterminer la série d’une expression de forme Verbe + Complément d’objet direct, à partir de ses éléments :

  • Verbe A + Nom B  →  expression A : casser la baraque
  • Verbe B + Nom A  →  expression B : limiter les dégâts
  • Verbe A + Nom A  →  expression A : courir un risque
  • Verbe B + Nom B  →  expression B : assurer ses arrières

L’étude de ces expressions permet de comparer la manière de décrire un même référent dans les différents points de vue (on peut lister les « traductions » d’une expression d’un point de vue dans l’autre). Exemple : sortir de la route (I) / rentrer dans le décor (E).

– Les phrases. De même qu’existent des expressions symétriques, on peut rencontrer :

1. des phrases quelconques symétriques,

2. des analogies symétriques

3. des proverbes, aphorismes et sentences symétriques :

  • Tel père, tel fils (I) / à père avare fils prodigue (E).
  • Qui se ressemble s’assemble (I) / les contraires s’attirent (E).
  • Il vaut mieux être seul que mal accompagné (I) / plus on est de fous, plus on rit (E),

– Les textes de longueur variable. Dans ce texte court, du poète Théognis :

  • J’aime la flûte aiguë et les joyeux pipeaux
  • Et la lyre vibrante et le vin dans les pots
  • Je chéris la jeunesse et la tendre gaieté
  • Car mon temps au soleil est désormais compté,
  • Et couché dans le noir et devenu tout pierre
  • Je ne verrai plus rien, ayant clos ma paupière.

… les trois premiers vers plaident pour la série A, les trois derniers décrivent péjorativement la mort, en utilisant la série adverse (B, en gras).

– Les « biographies ». On peut considérer une biographie comme un texte qui argumente en faveur d’une des identifications décrites plus haut, comme un lecte subjectif (un subjilecte), un parler résultant d’une identification au discours parental.

  • Chaque parler veut prétendre à l’universel dans sa vision du monde : l’homme est « fondamentalement bon » (parler → I), « fondamentalement mauvais » (parler → E), « toujours perfectible » (parler → I), ou « mi-ange mi-bête » (parler I ou E).
  • Dans le parler → I, l’individu isolé est valorisé : « il vaut mieux être seul que mal accompagné », dans le parler → E c’est le groupe nombreux, la foule (« plus on est de fous, plus on rit »), et dans le parler I ou E le petit groupe d’amis (Brassens : « au-delà de quatre, on est une bande de c… s », « les copains d’abord »).
  • Le parler → E connaît une version « bénigne » (« changement »), socialement acceptée, encouragée pour sa créativité, et une version « maligne » (« destruction ») qui se rencontre chez des sujets portés à l’extrême violence : « ennemis publics », « tueurs en série », « criminels de guerre ».
  • Pour le parler → I (« du progrès »), parler de la rédemption, de la réparation, la biographie en deux étapes résulterait d’un jugement en deux temps : le parent rejette au début un enfant jugé non conforme, puis « se fait une raison » et remédie au « défaut » naturel par l’éducation, la « construction de la personnalité de l’enfant ».
  • Le parler « I ou E » (hésitant) est marqué par l’alternance rapide, voire la juxtaposition dans le discours, de termes des deux séries. La chanson de Brassens « Le pornographe » fournit un bon exemple de balancement entre « I » et « E ».
  • Toute juxtaposition ou oscillation des séries ne signe pas forcément le parler « I ou E » : on peut les utiliser « sciemment », par exemple dans le parler → I, pour rallier tous les suffrages en séduisant et les locuteurs I, et les locuteurs E. Exemple en politique : le changement (A +) dans la continuité (B +) ; la force (A +) tranquille (B +). Ou en publicité : « Cette voiture allie souplesse (A +) et fiabilité (B +) ».

Ces parlers sont l’analogue de langues et non de catégories diagnostiques. Les locuteurs décrits ici ne sont que les porte-paroles d’une langue → E, → I, etc., et non des personnes qui seraient, dans leur « être profond », « des → E » ou « des → ».

Règles et remarques

– Toute perception, tout évènement, tout contenu peut être commenté au moins de deux manières, dans deux formes différentes : exemple des contenus « VIE » et « MORT ».

  • Le locuteur « extraverti » décrit la vie dans la série A (valorisée) : chaleur, mouvement, souplesse, bruit, couleur, et ne voit de la mort que le cadavre (B -) : froid ( « refroidir quelqu’un »), immobile ( « y rester »), rigide ( « raide mort »), silencieux ( « silence de mort »), sans couleur ( « pâle comme un mort »), allongé ou couché ( « allonger, descendre quelqu’un »).

  • Le locuteur « introverti » ne voit de la mort que la perte de sa précieuse unité, la décomposition, l’absence (« il est parti, il nous a quittés »). VIVRE, c’est pour lui se maintenir en vie, rester en bonne santé, s’économiser, préserver son intégrité corporelle de toute altération qui la dégrade.

Il y a donc dans les deux cas, un prélèvement partial, métonymique, dans la description « cognitive », qui contient, elle, des termes des deux séries, notamment pour la mort, où le biologiste décrit successivement la cadavérisation puis la décomposition.

On peut ainsi constituer une liste de termes parallèles, amorce d’un « dictionnaire bilingue » pour la traduction d’un point de vue dans l’autre, dictionnaire extensible aux multiples « parlers » :

  • tomber/se ramasser (domaine de référence : chute)
  • renverser/écraser (domaine de référence : accident)
  • trembler/baliser (domaine de référence : peur)

– Règles du « jeu dialogique » : le CONSENSUS, le CONFLIT

  • Le CONSENSUS (entente sur le contenu). Lorsqu’il y a consensus, le locuteur retraduit dans « son » parler les mots de l’autre.

  • Le CONFLIT : désaccord sur le contenu (le thème du débat) ou sur la forme (le type de parler).

a) Désaccord sur la forme (avec ou sans désaccord sur le contenu) : entre locuteurs de parler différent

Dialogue entre un locuteur E → E et un locuteur I → I : les partenaires donnent l’impression de jouer « au gendarme et au voleur », le rejet de l’identification de l’autre est tel qu’on conteste aussi tous ses contenus.

Parfois, même s’il y a accord sur le contenu, le désaccord naît sur la manière de le formuler. Exemple où un locuteur « rangé » (E → I) parle d’un locuteur « évaporé » (E → E) : « Ce garçon s’intéresse à tout en matière d’art, mais n’a pas de suite dans les idées. Il appelle ça de l’éclectisme (A+), j’appelle ça du dilettantisme (A-). »

b) Désaccord sur le contenu : deux locuteurs peuvent méconnaître qu’ils partagent un même parler si les choix esthétiques ou idéologiques sont trop éloignés. Dans le film Diva de J.-J. Beineix, le héros et une jeune asiatique évoquent leurs goûts musicaux. Cela donne à peu près : « — Moi, j’aime le jazz, et toi ? — J’aime l’opéra — Peuh, un classique ! — Je ne suis pas classique, je suis lyrique ! ».

– Passages d’un point de vue à l’autre : structurels, conjoncturels

Ils sont structurels ou conjoncturels .

  • Structurels (liés à la structure d’un parler)

Le parler I ou E oscille par définition entre les deux points de vue. D’autre part, dans le parler E → I il y a changement structurel au moment de la transition entre ses deux phases.

  • Conjoncturels (« exceptions confirmant la règle »)

a- Chaque fois qu’un objet est idéalisé, il devient l’objet d’un commentaire I. Certains représentants du parler → E idéalisent le groupe qu’ils forment. C’est aussi le cas dans le « discours amoureux » qui idéalise le partenaire et les moments passés avec lui. Enfin, tout ce qui intervient dans l’accomplissement du « destin identificatoire » d’un sujet peut être idéalisé, même chez les extravertis : 1) On idéalise celui qui joue le même rôle pour le sujet adulte que le parent rejetant dans son enfance, permettant la réalisation de sa « malédiction » inconsciente. (2) L’idéalisation d’une « valeur » extravertie (mot valorisé de la série A) prend la forme du souhait de la respecter et de la faire durer : « éternelle jeunesse », « révolution permanente ». (3) L’objet ou le moyen permettant la réalisation d’un fantasme ‘extraverti’ peut être idéalisé, donc commenté et traité comme le ferait un ‘introverti’.

b- Inversion de point de vue dans un contexte d’ironie et d’antiphrase chez un ‘extraverti’ : « Couvre-toi bien, mets ta petite laine, tu vas prendre froid ! ».

c- Inversion de point de vue pour « justifier » une agression (transgression légitimée) : ‘extrémistes’ destructeurs et autodestructeurs affectant le « retour à l’orthodoxie ».

– Dévalorisation d’un mot « ami » ou valorisation d’un mot « ennemi » : quand les locuteurs sont mis en situation d’utiliser négativement un mot de la série qu’ils valorisent, ou l’inverse. Exemples chez un locuteur extraverti.

  • Un signifiant « ami » (valorisé) sera remplacé par un terme « ennemi » : « vendre (A) la mèche » par « manger (B) le morceau » ou « se mettre à table (B) ». Ou on associe au mot « ami » un mot de la série opposée pour dévaloriser l’ensemble. LUMIÈRE et BRUIT étant valorisés (série A), on recourt aux traits B pour former des expressions péjoratives : « lumière aveuglante », « vacarme assourdissant », « chaleur étouffante.

  • Cas d’un signifiant « ennemi » (dévalorisé) : une affiche titre « volez vers l’archéologie » au-dessus d’un splendide papillon multicolore. Les traits sérieux, ancien d’« archéologie » sont rendus moins rébarbatifs au lecteur extraverti par l’adjonction de « volez » (A).

– Les « atomes » et « molécules » d’une même série sont potentiellement substituables dans les expressions métaphoriques, même s’ils ne sont pas synonymes, voire incompatibles au niveau cognitif. Ces synonymies sont inexplicables autrement que par l’A.L.S. :

Tel personnage est un obstacle, un carcan, un boulet. Il faut se le farcir, se le goinfrer, se l’appuyer. Tel spectacle est terne, froid, plat, petit, étriqué, sans relief, mort, etc. Tel concert de rock peut faire s’exclamer : « ça balance, ça chauffe, ça déménage, ça dégage, ça crève le plafond, ça fait peur, ça fait mal, c’est la gifle, c’est terrible, monstrueux, fracassant, ça m’éclate, c’est fou, dément, c’est l’enfer, ils ont fait un malheur », etc. On peut alors légitimement parler, dans ce type d’exemple, d’« isotopie subjective » ou d’« isothymie »[4].

Les termes substituables ne s’équivalent pas au sens propre, mais constituent une réserve où le locuteur va puiser, la simple appartenance à la même série suffisant rendre « synonymes » deux de ses termes. Dans l’exemple du Rock, ce « paradigme » est la liste des jugements portés sur un objet non désiré, et des moyens de s’en débarrasser, autrement dit la série A, valorisée chez les « extravertis ».

Validation directe et indirecte, critiques et autocritiques, résultats

La validation directe de l’A.L.S.

Nous recourrons à la méthodologie de Gardin et Molino (Validation des énoncés en Sciences Humaines), exposée dans La logique du plausible.(1987).

– Validation interne des modèles théoriques et des analyses d’experts, soit « à la main », en mettant par écrit les règles d’expertise et en les faisant « tourner » sur des exemples, soit par la confection de Systèmes-Experts, programmes informatiques simulant par des techniques d’Intelligence Artificielle le raisonnement de l’expert (tête bien faite), et pas seulement son érudition (tête bien pleine).

Cette validation permet la vérification de la cohérence du raisonnement de l’expert, détecte la tricherie consciente ou la méconnaissance inconsciente. Mais on risque alors de n’aboutir qu’à une cohérence « paranoïaque », coupée du réel : le lien avec l’expérience n’existe pas, on peut avoir la validité sans l’exactitude. D’où le second volet :

– Validation externe de ces analyses par la fabrication de simulacres. J. Molino (1987, pp. 151) : « Seuls le pastiche et la fabrication de faux à partir des règles de description constituent une validation externe du corpus ». La reproduction artificielle « à s’y méprendre » des aspects de l’objet étudié atteste que les règles de description de l’expert sont non seulement cohérentes mais également efficientes.

– Domaine de validité Dans notre méthode, l’hypothèse des séries ne prétend pas tout décrire. Nous nous cantonnons aux dichotomies qui opèrent dans les prises de position subjectives du discours courant. D’autres dichotomies existent, mais nous constatons qu’elles sont « locales », liées au contenu, et non décisives dans la forme générale qui oriente la partialité subjective.

  • L’A.L.S. se limite à la description fine du discours des « personnalités névrotiques » dans le discours courant. Elle ne s’applique ni aux psychoses ni aux perversions.

  • L’A.L.S. ne prétend pas donner de description de la séance d’analyse (objections multiples au choix de ce type de corpus).

  • Les séries n’interviennent pas à tout instant dans le discours courant, on peut parler en mode « cognitif » (description cognitive de la réalité ou raisonnement commun).

  • Critères de choix du corpus de textes :

– I. Les textes dits ou écrits directement en français sont préférables aux textes traduits.

– II. La parole « spontanée » retranscrite est préférable à l’écriture « littéraire », souvent retravaillée donc censurée. La prose est préférable à la poésie, marquée par certaines contraintes (assonances, allitérations). On choisira donc les professions de foi, les dialogues ou interviews retranscrits, les compte-rendus de négociations et débats plus ou moins polémiques.

– III. On évitera les textes à fortes contraintes argumentatives comme les textes scientifiques. En revanche on étudie les slogans, plus subjectifs et moins rationnels. en raison même de leur brièveté.

– Résultats : traitement informatique de l’A.L.S.

Une recherche menée avec le G.R.T.C (Groupe de Représentation et Traitement des Connaissances, C.N.R.S. Chemin Joseph Aiguier, Marseille) a conduit à une validation partielle de l’A.L.S à l’aide du langage Prolog (J.-J. Pinto, 1987).

  • Les programmes déjà réalisés opèrent le diagnostic automatique de la série des mots complexes (molécules) par leur décomposition en atomes ; le calcul sémantique sur les expressions et locutions pour en déterminer la série en fonction du contexte ; la synthèse automatique de petits « dialogues de sourds ».

  • Les programmes envisagés ou en cours de réalisation concernent : la génération automatique des séries d’atomes A et B à partir des énoncés parentaux ; la validation interne : Système-expert d’analyse automatique de textes fournissant un diagnostic ; la validation externe : génération automatique de textes caractéristiques des différents parlers (pastiches)[5], avec « traduction » d’un contenu « neutre » dans différents lectes subjectifs.

  • L’analyse semi-automatique de textes : bien moins ambitieuse, elle offre un outil relativement fiable de visualisation de textes en vue de leur comparaison.

Il existe d’autre part une « validation indirecte » de l’A.L.S.

Les approches empiriques dont les résultats convergent avec les nôtres. Elles apportent par le poids de leurs statistiques ou le sérieux de leurs auteurs une confirmation plausible à notre analyse.

  • Les « mythes » de Lakoff et Johnson correspondent assez exactement aux parlers intro et extraverti : « L’objectivisme et le subjectivisme ont besoin l’un de l’autre pour exister. Chacun se définit par opposition à l’autre et voit en lui un ennemi… » (Lakoff, 1985).

  • J. Molino (1979)[6], souligne : « un des partages les plus profonds de notre culture est celui qui oppose le rationnel à l’irrationnel. Sous les formes les plus diverses, le couple se reforme dans tous les champs du savoir : il y a d’un côté la solidité d’un réel connu dans sa vérité objective et cohérente, et de l’autre les illusions d’une subjectivité qui se livre sans entraves à ses démons intérieurs. »

  • Dans la revue « Intellectica », le linguiste F. Rastier (1988)[7] décrit les deux paradigmes rivaux dans les sciences cognitives : le cognitivisme intégriste ou orthodoxe, et le connexionnisme, dont le lexique rappelle étrangement celui des points de vue intro et extraverti.

  • Le Socio-Styles-Système de B. Cathelat (Cathelat, 1992). Il présente graphiquement ses résultats sur plusieurs axes, réductibles à deux :

  1. un axe horizontal : mouvement (ou changement) / recentrage (ou stabilité)
  2. un axe vertical : sensualisme (ou plaisir) / ascétisme (ou rigueur).

Ses graphes confirment à plus de 80% nos résultats. Enfin le Socio-Styles-Système mentionne l’existence de Lexico-styles, tout à fait superposables à nos parlers.

  • La sémiométrie de Deutsch et Steiner, mise en œuvre par la SOFRES. Ses bases coïncident avec les nôtres : « les mots ont une vie autonome, ils sont investis « affectivement » par les individus ». On y décrit les axes :- pulsions, émotions / ordre, contrôle, – détachement / attachement, – conflit / harmonie, qui scindent en trois notre axe Extraverti / Introverti.

Critiques et autocritiques

– Critiques non pertinentes témoignant seulement d’une mauvaise compréhension du modèle

  • Nous avons répondu par avance aux suspicions de schématisme que la liste des combinaisons de points de vue n’était pas limitative, et aux reproches de catégorisation des personnes que les parlers sont l’analogue de langues et non de catégories diagnostiques.

  • Certaines contestations sur l’origine des phénomènes que nous décrivons semblent peu pertinentes :

a) L’étymologie n’est pas d’un grand secours pour expliquer la naissance et le succès d’une expression, car elle est en général oubliée ou ignorée. L’emploi fantasmatique d’un mot ou d’une expression devient assez vite indépendant de sa justification étymologique.

b) L’argument : « c’est la mode qui répand des expressions comme « je m’éclate » » suppose un locuteur universel à « perméabilité » mentale standard. Bien au contraire, il faut cette hypnose préalable qu’est l’identification pour faire des sujets « suggestibles » ou « réfractaires » vis-à-vis des suggestions ultérieures. L’expérience montre que quelle que soit la pression de l’entourage, les locuteurs ‘introvertis’ « résistent » à la mode. La contagion ne touchera que les ‘extravertis’, et à la rigueur les ‘hésitants’.

– Critiques pertinentes et autocritiques

  • On peut remarquer dans nos analyses l’absence de référence aux linguistiques énonciatives (Benveniste, Culioli, Ducrot, etc.). Mais l’A.L.S. porte pour l’instant essentiellement sur des faits lexicaux et sémantiques.

  • On nous a reproché le caractère simplificateur d’une analyse statique des mots complexes en traits sémantiques préalablement définis. Cette approximation peut suffire dans un premier temps pour une simulation informatique limitée, et pour la transmission aisée d’une méthode reproductible et efficace. Mais nous sommes conscients de recourir là à un raccourci : les traits ou « atomes » n’ont aucun caractère primitif. Les adjectifs « simples » sont en fait des relais, des condensés d’énoncés parentaux plus longs et plus complexes, ce qui interdit dans l’ensemble de les regrouper au sein de « taxèmes ». Il est possible d’opérer, en partie seulement, certains regroupements dans la liste des atomes.

  • La manière dont certains « atomes » sont extraits des verbes d’action (garder, jeter, etc.) demande par ailleurs à être affinée.

Applications de l’A.L.S.

En psychanalyse

L’A.L.S permet une présentation logicisée des descriptions cliniques dans les névroses, et évite ainsi certaines confusions. Par exemple :

  • La notion de parler « I ou E » aide à mieux comprendre pourquoi les phobiques typiques sont à la fois agoraphobes (point de vue I) et claustrophobes (point de vue E).

  • La confusion possible entre discours obsessionnel et discours de l’Université est surmontée grâce à la terminologie de l’A.L.S (parler « conservateur » et parler « constructeur »). En effet Lacan tient souvent ces deux désignations pour synonymes. Or la logique du parler « I I » (homologue du discours obsessionnel) rend impossible son assimilation au discours universitaire (homologue du parler « E I ») : le premier suppose une perfection initiale, une « science infuse », incompatible avec l’acquisition de connaissances nouvelles (l’obsessionnel est « d’une ignorance crasse », et néanmoins pédant) ; le second suppose une perfectibilité secondaire et permet de se « remplir de savoir » pour racheter une jeunesse « folle » et peu studieuse, et acquérir la respectabilité qu’on n’avait pas au départ.

La validation de l’A.L.S permet par contrecoup de contribuer à la validation « en amont » des thèses générales qu’elle présuppose (Lacan, 1966[8]), notamment :

  • Le sujet de l’inconscient représenté dans le langage, « parfaitement accessible au calcul de la conjecture » et relevant de « l’inscription d’une combinatoire dont l’exhaustion serait possible »,

  • La notion fondamentale que « le désir de l’homme, c’est le désir de l’Autre »,

  • La réversibilité du sujet et de l’objet dans le fantasme.

Les « Séries et parlers » peuvent également et surtout être appliqués aux discours des analystes.

Les analystes étant faits de la même « pâte » que leurs patients, le discours analytique ne saurait consister simplement dans leurs dires, souvent fantasmatiques. Pour le caractériser, il est plus facile de procéder par élimination, de dire ce qu’il n’est pas, à mesure qu’on identifie les différents fantasmes.

  • Sur les buts de la « cure » analytique, il peut exister une complicité inconsciente entre l’analyste et son patient dans un fantasme commun, lorsqu’ils partagent le même parler, ce que l’A.L.S. peut détecter. Or de tels fantasmes retentissent sur la pratique et les effets des analyses, qui dans ce cas, au lieu de renvoyer dos à dos toutes les identifications pour tendre vers le désêtre, la destitution subjective (Lacan), reconduisent l’analysant dans un discours névrotique seulement habillé de jargon psychanalytique.

  • Sur la théorie : la littérature analytique fourmille de conceptualisations suspectes, qui prennent parfois pour alibi la « structure de fiction de la vérité ». L’A.L.S. permet, dans cette jungle de productions « analytiques », de faire un premier tri entre les fausses pistes (banalement fantasmatiques) et les hypothèses potentiellement intéressantes (au sens opératoire de Gardin), qui restent alors à démontrer.

L’A.L.S. ne peut s’appliquer directement à la « cure » psychanalytique. Ainsi les applications de l’A.L.S., méthode née de thèses psychanalytiques, sont-elles pour la plupart extra-psychanalytiques.

Dans les sciences du langage

En sémantique

Puisqu’il existe des universaux subjectifs, distincts des universaux cognitifs, découlant de la genèse des identifications, et dépassant le style d’un auteur, les langues ou les époques, l’A.L.S. possède un certain potentiel explicatif, voire prédictif dans la sémantique des figures. On le voit dans des synonymies inexplicables cognitivement. Ainsi l’article MORFLER du Dictionnaire du français non conventionnel (Cellard, 1980) indique : « (1) recevoir (des coups, une balle) : de la série Morfiler, « manger », par passage métaphorique à « prendre » (cf. déguster). (2) parler, avouer, dénoncer : sens incompréhensible. Il doit s’agir d’une confusion entre Morfler et Moufter (parler) ».

Or il existe un paradigme décrit par l’A.L.S.: « passer / se mettre) à table », « manger le morceau », attestant que l’argot, langue de rejetés donc « extravertie », désigne souvent la trahison par des termes empruntés à la série adverse, ce qui est le cas de MANGER et de ses synonymes, dont MORF(I)LER.

En rhétorique et en argumentation

Chacun est fait par son parent l’avocat d’un type d’identification, donc est voué à une sorte de plaidoyer lexical. Entendre « son » parler ou le parler adverse entraîne adhésion ou opposition, consensus ou conflit. Les séries sont donc des réserves d’éléments métaphoriques à valeur argumentative, où l’on puise pour argumenter sans recourir au raisonnement.

Le malentendu étant la chose du monde la mieux partagée, l’A.L.S. a des retombées dans le domaine de la négociation. Elle permet d’expliciter et parfois de résoudre les malentendus générateurs soit de conflits (cf. § Règles du « jeu dialogique ») soit de faux consensus destinés à se briser.

En poésie et littérature

Baudelaire (1993)[9] déclarait (Salon de 1859) :

« Les rhétoriques et les prosodies ne sont pas des tyrannies inventées arbitrairement, mais une collection de règles réclamées par l’organisation même de l’être spirituel ».

Ces règles de l’organisation subjective interviennent et dans la composition et dans la réception du texte littéraire. L’A.L.S. ajoute une dimension aux analyses classiques ou modernes. Indépendamment de la singularité poétique (singularité du poète par sa biographie, singularité du poème par sa place dans l’œuvre et par son caractère unique), elle recherche :

  • le dénominateur commun à l’auteur, à ses continuateurs (d’autres « poètes maudits » par exemple) et à ses lecteurs : qui l’apprécie, qui le rejette, et dans quels termes (les réseaux de complicité). Une étude sur Les Fleurs du Mal de Baudelaire, à paraître, montre la fiabilité de notre approche.

  • la constance ou la variation de son « point de vue » au cours de sa vie. Ainsi Aragon (1977) passe-t-il du point de vue E au point de vue I, comme le montrent les préfaces opposées de 1924 et 1964 du Libertinage[10], à la différence de Paul Nizan qui reste dans le parler E E.

Dans les traductions

On sait tenir compte du niveau de langue des termes à traduire, et rendre selon le cas l’expression originale soit par « perdre la raison », soit par « devenir fou », soit par « péter les plombs ». Mais il est peu probable qu’on distingue, au même niveau de langue, entre « fondu » et « givré » ou entre « y passer » et « y rester » (pseudosynonymes). De ce fait le lecteur sera privé d’une information capitale portant sur la personnalité de l’auteur (autobiographie), ou sur la psychologie du personnage.

Dans les sciences humaines en général

Brunetto Latini écrivait au Moyen Âge (Le Livre du Trésor) :

« Tuilles [Marcus Tullius Cicéron] dit que la plus haute science de cités gouverner, c’est rhétorique, c’est-à-dire la science du parler ; car si parlure ne fût, cité ne serait, ni nul établissement de justice ni d’humaine compagnie ».

Lakoff (1985) et Johnson précisent : « Les métaphores peuvent créer des réalités, en particulier des réalités sociales », et J. Molino (1979)[6] : « La métaphore, au moment où les linguistes en redécouvrent l’importance, apparaît donc comme un instrument stratégique d’analyse de la culture… Mais si la métaphore est nécessaire pour l’interprétation des cultures, ne serait-elle pas en même temps un de ses ingrédients essentiels ? ».

Pour l’A.L.S., qui suit en cela Lacan, la métaphore est constitutive du fantasme, et les institutions (qui reposent sur des dires ou des textes), les réalités sociales et les cultures ne sont que des aspects du texte subjectif ou réalité psychique qui résulte de notre condition d’êtres parlants. Aussi peut-on et doit-on, sous peine d’échec, aborder l’étude de l’« humain » sous l’angle de la parole. L’A.L.S. peut, parmi d’autres méthodes, contribuer à la critique des explications psychologiques, sociologiques, économiques, politiques, philosophiques, ou même pseudo-psychanalytiques du malaise dans la civilisation : apprendre à poser les problèmes correctement, c’est-à-dire dans toute « théorie » rechercher le fantasme, s’impose avant de commencer à chercher des solutions. Car le locuteur que l’A.L.S. décrit comme le simple porte-parole d’une identification débarrassée de ses singularités n’est plus ni le sujet individuel de la psychologie, ni le sujet collectif de la sociologie : « ça parle », il n’y a pas d’auteur, qu’il soit unique ou multiple, aux parlers et à leurs effets.

Notes et références

  1. Milner (J.-C.). 1995. L’Œuvre claire. Paris : Seuil.
  2. Berrendonner (A.), Le Guern (M.) & Puech (G.). 1983. Principes de grammaire polylectale. Lyon : Presses Universitaires de Lyon.
  3. Danlos (L.). 1981. « La morphosyntaxe des expressions figées ». in : Langages, 63, Septembre.
  4. [Glossaire de l’A.L.S.] http://analogisub.over-blog.com/article-21101503.html
  5. cf sur Wikipédia le Générateur automatique de phrases
  6. a et b Molino (J.). 1979. « Anthropologie et métaphore ». in : Langages, 54.
  7. Rastier (F.). 1988. « Paradigmes cognitifs et linguistique universelle ». in : Intellectica, 6, pp. 43-74.
  8. Jacques Lacan, Écrits, éditions du seuil, deux volumes, Paris, 1966, réed. 1999
  9. Baudelaire (Ch.). 1993. Les Fleurs du mal. Paris : Magnard, Coll. « Textes et contextes ».
  10. Aragon (L.). 1977. Le libertinage. Paris : Gallimard.

On pourra trouver sur le site Texto !, dans les archives de la revue électronique Marges Linguistiques, dans le n° 8, sur le thème Linguistique et psychanalyse, l’article complet sur l’A.L.S d’où est tiré cet extrait. Il est intitulé Linguistique et psychanalyse : pour une approche logiciste, et se trouve à l’adresse ci-dessous :

http://www.revue-texto.net/Parutions/Marges/00_ml082004.pdf

Bibliographie

  • Arrivé (M.). 1994. Langage et psychanalyse, linguistique et inconscient. Paris : P.U.F.
  • Cathelat (B.) & Cathelat (M.). 1992. Panorama des styles de vie 1960-90. Paris : Les Éditions d’organisation.
  • Dumarsais (C.). 1730. Des tropes ou des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue. Paris : Broca. Réédition présentée, commentée et annotée par Douay, F. (1988). Paris : Flammarion.
  • Dupriez (B.). 1984. Gradus, les procédés littéraires. Paris : 10/18.
  • Gardes-Tamine (J.). 1996. La rhétorique. Paris : Armand Colin.
  • Gardin (J.-C.) & Molino (J.). 1987. La logique du plausible, essais d’épistémologie pratique en sciences humaines. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.
  • Lakoff, G., Johnson, M. (1985). Les métaphores dans la vie quotidienne. Paris : Les Éditions de Minuit.
  • Le Guern (M.). 1973. Sémantique de la métaphore et de la métonymie. Paris : Larousse.
  • Milner (J.-C.). 1989. Introduction à une science du langage. Paris : Seuil, Coll. « Des travaux ».
  • Milner (J.-C.). 1995. « Linguistique et psychanalyse ». in : Encyclopædia Universalis France [version CD-Rom].
  • Milner (J.-C.). 1995. L’Œuvre claire : Lacan, la science et la philosophie. Paris : Seuil, Coll. « L’Ordre philosophique
  • Molino (J.), Soublin (F.) & Tamine (J.). 1979. « Présentation : problèmes de la métaphore ». in : Langages, 54.
  • Rastier (F.). 1987. Sémantique interprétative. Paris : P.U.F.
  • Ronat (M.). 1974. « Énonciation et « grammaire » de l’inconscient ». in : L’Arc, 58, pp. 73-78.
  • Tamba-Mecz (I.). 1981. Le sens figuré. Paris : P.U.F.

Analyse fine d’un texte d’Hélène Cixous au moyen de l’A.L.S.©

Analyse fine d’un texte au moyen de l’A.L.S.©

(Analyse des Logiques Subjectives©)

Première partie

Voici, à comparer plus tard avec un texte de Luce Irigaray de la même époque (Quand nos lèvres se parlent, qui sera présenté en fin de 2ème partie), un long extrait de Sorties, par Hélène Cixous in « La jeune née » 10/18, 1975. Nous présentons ici une analyse assez détaillée de cet extrait au moyen de l’A.L.S.©. Pour gagner du temps, les séries et les valeurs sont déjà notées. Même convention que d’habitude (mots en italique : série A ; mots en gras : série B ; mots en italigras : parler E → I ; mots soulignés : valeur + ; mots non soulignés : valeur ).

D’une certaine manière l’écriture féminine ne cesse de résonner du déchirement qu’est pour la femme la prise de la parole orale, — « prise » qui est effectuée plutôt comme un arrachement, un essor vertigineux et un lancer de soi, une plongée. Écoute parler une femme dans une assemblée (si elle n’a pas douloureusement perdu le souffle) : elle ne « parle » pas, elle lance dans l’air son corps tremblant, elle se lâche, elle vole, c’est toute entière qu’elle passe dans sa voix, c’est avec son corps qu’elle soutient vitalement la « logique » de son discours : sa chair dit vrai. Elle s’expose. En vérité, elle matérialise charnellement ce qu’elle pense ; elle le signifie avec son corps. Elle inscrit ce qu’elle dit, parce qu’elle ne refuse pas à la pulsion sa part indisciplinable et passionnée à la parole. Son discours, même « théorique » ou politique, n’est jamais simple ou linéaire, ou « objectivé », généralisé, elle entraîne dans l’histoire son histoire.

Toute femme a connu le tourment de la venue à la parole orale, le cœur qui bat à se rompre, parfois la chute dans la perte de langage, le sol, la langue se dérobant, tant parler est pour la femme — je dirai même ouvrir la bouche en public, une témérité, une transgression.

Double détresse, car même si elle transgresse, sa parole choit presque toujours dans la sourde oreille masculine, qui n’entend dans la langue que ce qui parle au masculin.

Parler, lancer des signes vers une scène, faire usage de la rhétorique adéquate, c’est à quoi culturellement nous ne sommes pas accoutumées. Mais aussi à quoi nous ne trouvons pas notre plaisir : on ne tient, en effet un discours qu’à un certain prix. La logique de la communication exige une économie et de signes — de signifiants — et de subjectivité. On demande à l’orateur qu’il déroule un fil sec, maigre, raide. Nous aimons l’inquiétude, le questionnement. Il y a du déchet dans ce que nous disons. Nous avons besoin de ce déchet. Écrire, c’est toujours en cassant la valeur d’échange qui maintient la parole sur son rail, faire à la surabondance, à l’inutile, leur part sauvage. C’est pourquoi, il est bon de laisser la langue s’essayer, comme on essaie une caresse, de prendre le temps qu’il faut à une phrase une pensée, pour se faire aimer, se faire résonner.

Voix ! c’est aussi se lancer, cet épanchement dont il ne revient rien. Exclamation, cri, essoufflement, hurlement, toux, vomissement, musique. Elle part. Elle perd. Et c’est ainsi qu’elle écrit, comme on lance la voix, en avant, dans le vide. Elle s’éloigne, elle avance, ne se retourne pas sur ses traces pour les examiner. Ne se regarde pas. Course casse-cou. Au contraire du narcissisme masculin, préoccupé, s’assurant de son image, d’être regardé, de se voir, de rassembler ses éclats, de se rempocher. Regard ramenant, regard toujours divisé retournant, économie du miroir, il faut qu’il s’aime. Mais elle : s’élance, cherche à aimer. Ainsi d’ailleurs l’a senti Valéry, marquant d’ambiguïté sa Jeune Parque se cherchant, masculine dans sa jalousie d’elle-même : « se voyant se voir », devise de toute spéculation / spécularisation phallocentrique ; de tout Teste ; féminine dans l’éperdue descente plus bas plus bas où dans le ressassement de la mer se perd une voix qui ne se connaît pas.

Voix-cri. Agonie, — « parole » explosée, déchiquetée par la douleur et la colère, pulvérisant le discours : ainsi a-t-elle toujours été entendue déjà depuis l’époque où la société masculine commençait à l’écarter du devant de la scène, à l’expulser, à la dépouiller. Depuis Médée, depuis Électre…

Voix : détachement, et fracas. Feu ! Elle tire, elle se tire. Casse. Depuis leur corps où elles ont été enterrées, confinées, et en même temps interdites de jouir. De la féminité les femmes ont presque tout a écrire : de leur sexualité, c’est-à-dire de l’infinie et mobile complexité de leur érotisation, des ignitions fulgurantes de telle infimeimmense région de leur corps, non du destin, mais de l’aventure de telle pulsion, voyages, traversées, cheminements, brusques et lents éveils, découvertes d’une zone naguère timide, tout à l’heure surgissante. Le corps de la femme aux mille et un foyers d’ardeur, quand elle le laisserafracassant les jougs et censuresarticuler le foisonnement des significations qui en tous sens le parcourt, c’est de bien plus d’une langue qu’il va faire retentir la vieille langue maternelle à un seul sillon.


Outre la notation des séries et des valeurs, nous allons considérer dans ce texte un certain nombre de verbes réfléchis, source d’information pertinente pour l’A.L.S.

Tout verbe pronominal n’est pas réfléchi : se battre (l’un l’autre, mutuel), se servir un verre (à soi-même, complément d’objet indirect = datif). Seuls sont dits réfléchis les verbes où « se »est complément d’objet direct = accusatif. Les voici (ainsi que les tournures équivalentes) dans le texte de Cixous :

lancer de soi, lancer dans l’air son corps, se lâcher, s’exposer, s’essayer, se faire aimer, se faire résonner, se lancer, s’éloigner, se retourner, se regarder, s’assurer, se voir, rassembler ses éclats, se rempocher, s’aimer, s’élancer, se chercher, se tirer.

Analyse détaillée :

Premier paragraphe : le point de vue I (introverti) domine, sous forme de nombreux mots de la série A valorisés, les mots de la série B étant dévalorisés (se reporter ailleurs aux listes d’atomes) :

  • mots de la série A valorisés : parler, ne cesse (« cesser » étant B), résonner, déchirement, parole orale (pléonasme ? ou opposé de « parole écrite » ?), arrachement, essor, vertigineux, lancer de soi, plongée, souffle), lance, air, corps, tremblant, se lâche, vole, passe, voix, corps, vitalement, chair, s’expose, matérialise, charnellement, corps, ne refuse pas, pulsion, indisciplinable, passionnée, parole, entraîne, histoire (personnelle)

  • mots de la série B dévalorisés : « prise », « parle », « théorique », « logique », politique, simple, linéaire, « objectivé », généralisé

  • mots neutres : prise, pense, signifie, dit, histoire (comme champ du savoir)

Il y a quelques « intrus » amenant de brefs passages dans le point de vue E (inrtoverti) :

  • mots de la série A dévalorisés :

    douloureusement : « douloureux » est rattaché à la série A en vertu du fait que toute majoration de sensation, bonne ou mauvaise, y figure (« indolore » étant à l’inverse rattaché à la série B). Le point de vue E valorise les « sensations fortes » même désagréables, et recherche le « sensationnel ». Quand à la douleur au sens plein du terme, elle est recherchée en écho à celle infligée par le parent rejetant : dans « Bénédiction » (par antiphrase!) de Baudelaire, au « sadisme » maternel (« Je tordrai cet arbre misérable » qu’est l’enfant maudit) répond le « masochisme » de son fils : « Je sais que la douleur est la noblesse unique ». Ici « douleur » est dévalorisé, on est donc dans le point de vue I.

    – perdu : perdre est A, comme garder est B. Il est ici dévalorisé, on est donc encore dans le point de vue I.

  • mots de la série B valorisés :

    toute entière : «entière» est rattaché à la série B (comme « fragmentée » serait rattaché à la série A) et renforcé par « toute ». La locution est valorisée, on est dans le point de vue I.

    soutient, incrit, vrai : même remarque.

Quelques points particuliers  :

  • On note « parole orale » et « parler » comme A valorisé, mais pourtant on note « parle » comme B dévalorisé dans « elle ne « parle » pas, elle… ». En effet « parler » est une molécule mixte, qui contient les atomes A « sonore », « vocal », « éphémère » mis en relief dans son opposition à « écrire » (« les paroles s’envolent, les écrits restent »), mais qui contient également les atomes B « passif » et « immobile » dans son opposition à « agir » (« actif », « mobile ») : « assez de paroles, des actes ! ». H. Cixous retire comme inapproprié le mot « parle » dans ce sens passif, pour le remplacer par des verbes d’action : « elle lance dans l’air son corps tremblant, elle se lâche, elle vole, elle passe dans sa voix ».

  • Dans « prise de parole orale », « prise » est neutre, vide de toute sémantique de saisie, capture, etc., c’est la forme substantivée de « prendre la parole », où « prendre » est un verbe-support qui associé au nom prédicatif « parole » constitue une paraphrase de « commencer à parler ». Mais dans son élan « extraverti » H. Cixous fait mine de ressusciter le sens plein (pourtant ici absent) de saisie-capture pour remplacer le mot « prise » (abusivement rattaché de ce fait à la série B) par des mots de la série A, valorisés : arrachement, essor vertigineux, lancer de soi, plongée.

  • « plongée », dans ce contexte de mouvement et de projection de l’action en cours, est A. Mais dans un contexte différent où domine à l’arrivée l’immersion prolongée dans un milieu pourtant liquide (A) mais qui menace le sujet de noyade-asphyxie-étouffement (B) sans retour à l’air libre (A), « plonger » et ses dérivés deviennent B : « être plongé dans le noir/la dépression/les soucis », « il a plongé », etc. Il rejoint alors « couler », « sombrer », « être submergé », « se noyer »…

(Suite de l’analyse dans la deuxième partie, en cours de rédaction)

Vingt-quatre graphes de poèmes des Fleurs du Mal de Baudelaire

Ces vingt-quatre graphes (copier-coller de graphiques obtenus avec OpenOffice Calc) exemplifient les résultats de l’analyse semi-automatique de textes au moyen de l’A.L.S  (lire sur ce site mon article : « Application de l’A.L.S. au corpus des « Fleurs du Mal » de Ch. Baudelaire.)

. On observe sur le corpus des Fleurs du mal quatre types de courbes :

Des courbes mettant en évidence un profil « extraverti » (point de vue « E ») : environ 80 %

Une courbe à profil « introverti » (point de vue « I »), celle du poème XVII « La beauté » (l’explication par l’ironie et l’antiphrase est prouvée par le contexte: le démenti apporté par Baudelaire dans le poème immédiatement suivant nommé « l’Idéal », dont la courbe est typiquement « extravertie ».

Une courbe à profil « hésitant » pour « Les chats » (balancement dans les deux quatrains, premier tercet « I », second tercet « E »), à comparer aux courbes « extraverties » des autres poèmes « Le chat ».

Des courbes d’allure aléatoire (près de 20 %) pour lesquelles nous tenterons de montrer le rôle joué par diverses contraintes poétiques dans le gommage de la dimension subjective mise en évidence par l’A.L.S.

Nos résultats, s’ils se trouvaient confirmés, auraient, entre autres, un impact direct sur les choix lexicaux dans les traductions de Baudelaire en langues étrangères.

Rappel de la méthode graphique : L’analyse semi-automatique de textes au moyen de l’A.L.S :

• Bien moins ambitieuse et difficile à réaliser que le programme de validation complet ébauché au G.R.T.C. (Groupe de Représentation et de Traitement des Connaissances), elle offre un outil informatisé facilement disponible et relativement fiable de visualisation de textes en vue de leur comparaison.

• Elle consiste, après saisie d’un texte dans un traitement de textes, à n’en retenir que le lexique pertinent pour l’A.L.S.

• Une macro-instruction permet de disposer tous les mots en colonne, puis d’éliminer la ponctuation et les mots non porteurs de traits A ou B (la « poussière grammaticale » : articles, prépositions, conjonctions de coordination et de subordination, pronoms relatifs et personnels, etc.) pour ne garder que les noms, verbes, adjectifs et adverbes, plus quelques prépositions de situation (sur, sous, devant, derrière, autour, à travers…). Les expressions figées doivent pour l’instant être reconstituées à la main, mais pourraient être conservées d’emblée par comparaison avec une table.

• Il faut « LEMMATISER » à la main le lexique du texte (mettre les noms au singulier, les verbes à l’infinitif etc.), en attendant d’automatiser cette tâche dans le futur.

• Cette liste verticale de mots pertinents est transportée dans un tableur muni de quelques macro-instructions.

• Chaque mot est alors automatiquement diagnostiqué « A », « B », « 0 » ou « ? » par comparaison soit avec un dictionnaire général, soit avec un lexique spécifique à l’auteur (Baudelaire dans le cas de cette étude), ce qui permet un gain considérable de temps de recherche. Les expressions figées ou les éventuels proverbes sont diagnostiqués par comparaison avec une table de référence.

• La valeur (+, 0 ou ?) de chaque mot, expression ou proverbe est automatiquement diagnostiquée par le même dictionnaire pour les mots (resp. expression ou proverbe) dont la valeur est « lexicalisée », c’est-à-dire soit toujours positive (par exemple gracieux, héroïque), soit toujours négative (par exemple insupportable, laxiste).

• Sinon le mot (par exemple léger, dont la valeur dépend du contexte) ou l’expression, ou le proverbe, est noté « + », « « , « 0 » ou « ? » par une « main innocente » (non experte en A.L.S.) dans le contexte fourni par le texte analysé, ce qui introduit une incertitude liée à l’interprétation du lecteur.

• Le tableur fait alors automatiquement le diagnostic de « point de vue » pour chaque mot : B+ ou A = Introverti (noté par +1), A+ ou B = Extraverti (noté par 1), tous les autres cas, indécidables, étant notés par 0.

• Une courbe non statistique cumulant ces +1, 1 ou 0 permet alors de visualiser l’orientation du texte vers l’un des points de vue Extraverti ou Introverti, ou son hésitation entre les deux, ou encore un parcours spécifique à un texte donné (exemple du poème de Baudelaire Les chats).

• Malgré une marge de variation liée à la « main innocente », on a la surprise de constater que les courbes de textes d’un même locuteur (ici Baudelaire) s’orientent « résolument » et majoritairement dans la même direction indépendamment de leur contenu thématique, résultat impossible à obtenir lors d’une contre-épreuve : le tirage au sort des séries et valeurs des mots issus de ces poèmes donne une courbe à pente aléatoire.

. On trouvera ci-dessous quelques exemples de graphes, qui seront commentés un par un dans un prochain billet. Cliquer d’abord sur l’image, puis sur la loupe pour l’agrandir…

(ERRATUM : le graphe « LA VIE ANTÉRIEURE » en 3ème position dans la colonne du milieu a subsisté par erreur sous sa forme provisoire, en double. Sa version définitive et exacte se trouve dans la dernière ligne de cet ensemble de graphes)

Vingt-quatre graphes de poèmes des Fleurs du Mal de Baudelaire

Tableau des atomes de sens A et B concrets et abstraits

 Tableau des atomes de sens A et B concrets

 

   Tableau des atomes de sens A et B abstraits

Le classement en “domaines” correspondant aux cinq sens n’a qu’une valeur de repérage pratique. L’adjectif (ou sa périphrase) en gras italique qualifie la majoration ou la minoration de chaque sensation.

Les atomes relatifs à des notions abstraites sont classés, faute de mieux, par ordre alphabétique. Cette liste n’est ni exhaustive, ni encore résumée à de véritables “atomes de sens abstraits” (impossibilité ?).

Série A

Série B

Série A

Série B

Vision

Vision

   

grand

petit

acquis

inné

large

étroit

actif

passif

haut1

bas1

agité

calme

lointain

proche

ami, accueillant

hostile, ennemi

antérieur1 (espace)

postérieur1 (espace)

amusant

sérieux

périphérique, latéral

central, médian

anormal

normal

debout

non_debout*

autre, différent

même, identique

non_limité

limité

concret

abstrait

discontinu

continu

courageux

prudent

flou

net

cruel

non_cruel

diffus

concentré

désordonné

ordonné

dispersé

compact

éphémère

durable

déplié

replié

étranger

familier

mobile

immobile, fixe

éveillé

endormi

multiple

unique

facile, simple

difficile, complexe

ouvert

fermé

facultatif

obligatoire

mince

épais

fécond

stérile

fin

gros

fertile

aride

long1

court

fort

faible

en_relief

plat

fou, insensé

rationnel, sensé

transparent

opaque

gai

triste

exposé

caché

généreux/dépensier

avare/économe

découvert

couvert

guerrier

pacifique

externe

interne

humain1

inhumain

superficiel

profond

imprécis

précis

vide

plein

imprévu

prévu

concave

convexe

impudique

pudique

accompagné

seul

impur

pur

coloré

non_coloré*

inconnu

connu

clair

obscur

indépendant

dépendant

brillant

terne

indiscret

discret

irrégulier

régulier

infini

fini

contrasté

non_contrasté

injuste

juste

éclairant

aveuglant

inquiétant

rassurant

   

inutile

utile

Audition

Audition

jeune

vieux

aigu1

grave

libre

captif

haut2

bas2

libre (non_fixé)

fixé

sonore

silencieux

malade

bien_portant

parlant

muet

méchant

bon

vocal

instrumental

mélangé

pur

dissonant

harmonieux

mensonger, faux

véridique, vrai

stimulant_audition

assourdissant

mortel

immortel

       

Toucher

Toucher

(suite des atomes abstraits)

tangible

intangible

naturel

artificiel

inconsistant

consistant

non_nommable

nommable

fluide*

non_fluide*

non_adapté

adapté

souple

rigide

non_beau*

beau

léger

lourd

non_défini

défini

chaud

froid

non_fiable

fiable

mouillé

sec

non_mesurable

mesurable

tendre

dur1

non_mûr

mûr

doux

non_doux

non_naïf, déniaisé

naïf, niais

tonique

mou

non_nécessaire

nécessaire

fragile

non_fragile

osé, indécent

retenu, décent

aigu2

émoussé

partial

neutre

courbe

anguleux

perméable, poreux

imperméable

rugueux

lisse

postérieur2 (temps)

antérieur2 (temps)

stimulant_toucher

anesthésiant

profane

sacré

   

propre

sale

Goût et Nutrition

Goût et Nutrition

rapide

lent

non_comestible

comestible

récent

ancien

sapide

insipide

relatif

absolu

non_nourrissant

nourrissant

riche

pauvre

non_sucré

sucré

sans_valeur

précieux

non_gras

gras

sauvage

domestique

non_protéique

protéique

sensible

insensible, indifférent

salé

non_salé

singulier, extraordinaire

banal, commun

acide

non_acide

spontané

non_spontané

amer

non_amer

spontané (sans_cause)

provoqué

piquant

non_piquant

sur/sous-humain, bestial

humain2

cru

cuit

turbulent

sage

non_mûr, « vert »

mûr

vil

noble

digeste

indigeste

violent

non_violent

appétissant

dégoûtant

vivant

mort

     

Odorat

Odorat

odorant

inodore

parfumé

puant

   

stimulant_odorat

inhibant_odorat

   
       
       
 

Exemples d’atomes figurant dans une même série (« en mode subjectif ») en dépit de contradictions constatables en mode « cognitif » :

 

*non_debout = à_genoux, assis, couché

   

*fluide = gazeux, liquide, pulvérulent

insipide & sucré & dégoûtant (série B)

*non_fluide = solide, visqueux

inodore & puant (série B)

*non_coloré = blanc, noir, gris, incolore

immobile & lent (série B)

*non_beau = laid, joli

Application de l’A.L.S. au corpus des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire

Projet de recherche

Application de l’A.L.S. au corpus des

Fleurs du Mal de Charles Baudelaire


Présentation du corpus :

l’intégralité des poèmes du recueil des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire (Les Fleurs du mal, J. Delabroy, Paris : Magnard, Collection Textes et contextes. 1986),

plus certains textes de Baudelaire existant aussi en prose comme Invitation au voyage ce qui permet la comparaison entre les deux versions,

plus quelques textes de commentateurs de Baudelaire (tirés du recueil cité supra),

plus quelques poèmes d’autres auteurs à des fins de comparaison.

(« l’intégralité des poèmes » : pas de choix « ad hoc » des textes favorisant nos hypothèses… voir K.Popper)


Objectifs de la recherche :

• Objectivation graphique (après expertise sur le lexique) d’une des dimensions subjectives à l’œuvre dans la composition des textes du corpus. La méthode de diagnostic utilisée est une approche originale d’analyse de discours, l’Analyse des Logiques Subjectives (A.L.S.), exposée dans l’article intitulé HYPERLINK « http://www.revue-texto.net/Parutions/Marges/00_ml082004.pdf »Linguistique et psychanalyse : pour une approche logiciste. et résumé dans l’article HYPERLINK « http://analogisub.over-blog.com/pages/Facsimile_de_la_page_sur_lALS_dans_WIKIPEDIA-4590538.html »Analyse des Logiques Subjectives rédigé pour Wikipedia.

Définition de l’A.L.S. : voir l’article ci-dessus.

On prend ici en compte le sens des mots, non pas globalement (contenu, thèmes, notions) mais en le décomposant en atomes de sens (sèmes) le plus élémentaires possible, ce qui permettra de trouver des tendances générales, des « invariants subjectifs » indépendants du sujet abordé dans le texte considéré ; ici, ce qui fait de Baudelaire un « poète maudit », qu’il parle d’amour, de mort, de voyage, de parfum, de beauté, etc. Le travail se fait uniquement sur le lexique (cf l’argumentation dans la langue d’Oswald Ducrot) en ne traitant pas la syntaxe, pour des raisons expliquées dans les articles cités. Cette opposition recouvre en partie la distinction entre « persuader » (plaidoyer lexical) et « convaincre » (validité des parcours inférentiels indépendamment des « objets » considérés).

• Ainsi ce qui est visé dans l’A.L.S. ce n’est point l’isotopie (angle sémantique), mais en quelque sorte l’isothymie (angle axiologique).

• L’A.L.S. ajoute aux analyses classiques ou modernes en poésie une nouvelle dimension. Laissant à d’autres spécialistes l’étude de la singularité poétique (singularité du poète par sa biographie, singularité du (recueil de) poème(s) par sa place dans l’œuvre et son caractère unique), elle cherche au contraire à mettre en évidence le dénominateur commun à l’auteur, à ses continuateurs (d’autres « poètes maudits » par exemple) et à ses lecteurs : qui l’apprécie, qui le rejette, et dans quels termes (les réseaux de complicité).


L’analyse semi-automatique de textes au moyen de l’A.L.S : fonctionne avec un simple tableur, mais le projet propose d’en faire un ou plusieurs programmes (voir note 1).

• Bien moins ambitieuse et difficile à réaliser que le programme de validation complet (modélisation du raisonnement d’expertise par les techniques d’I.A), elle offre un outil informatisé facilement disponible et relativement fiable de visualisation de textes en vue de leur comparaison.

• Elle consiste, après saisie d’un texte dans un traitement de textes, à n’en retenir que le lexique pertinent pour l’A.L.S. (voir ci-dessous).

• Une macro-instruction permet de disposer tous les mots en colonne, puis d’éliminer la ponctuation et les mots non porteurs de traits A ou B (la « poussière grammaticale » : articles, prépositions, conjonctions de coordination et de subordination, pronoms relatifs et personnels, etc.) pour ne garder que les noms, verbes, adjectifs et adverbes, plus quelques prépositions de situation (sur, sous, devant, derrière, autour, à travers…). Les expressions figées doivent pour l’instant être reconstituées à la main, mais pourraient être conservées d’emblée par comparaison avec une table.

• Il faut « LEMMATISER » le lexique du texte (mettre les noms au singulier, les verbes à l’infinitif etc.). Le logiciel TXM le fait parfaitement, il offre en plus le corpus des « Fleurs du mal ».

• Cette liste verticale de mots pertinents est transportée dans un tableur muni de quelques macro-instructions.

• Chaque mot est alors automatiquement diagnostiqué « A », « B », « 0 » ou « ? » par comparaison soit avec un dictionnaire général, soit avec un lexique spécifique* à l’auteur (Baudelaire dans le cas de cette étude), ce qui permet un gain considérable de temps de recherche. Les expressions figées ou les éventuels proverbes sont diagnostiqués par comparaison avec une table de référence.

* Le lexique spécifique peut être étalonné à partir du dictionnaire général, sous réserve des modifications propres à un auteur.

• La valeur (+, 0 ou ?) de chaque mot, expression ou proverbe est automatiquement diagnostiquée par le même dictionnaire pour les mots (resp. expression ou proverbe) dont la valeur est « lexicalisée », c’est-à-dire soit toujours positive (par exemple gracieux, héroïque), soit toujours négative (par exemple insupportable, laxiste). Si on utilise le lexique spécifique à Baudelaire, on peut y modifier manuellement certaines valeurs lexicalisées. Ex : le mot Idéal est B+ et non B chez Baudelaire.

• Sinon le mot (par exemple léger, dont la valeur dépend du contexte) ou l’expression, ou le proverbe, est noté « + », « « , « 0 » ou « ? » par une « main innocente » (non experte en A.L.S.) dans le contexte fourni par le texte analysé, ce qui introduit une incertitude liée à l’interprétation du lecteur.

• Le tableur fait alors automatiquement le diagnostic de « point de vue » pour chaque mot : B+ ou A = Introverti (noté par +1), A+ ou B = Extraverti (noté par 1), tous les autres cas, indécidables, étant notés par 0.

• Une courbe non statistique cumulant ces +1, 1 ou 0 permet alors de visualiser l’orientation du texte vers l’un des points de vue Extraverti ou Introverti, ou son hésitation entre les deux, ou encore un parcours spécifique à un texte donné (exemple du poème de Baudelaire Les chats).

• Malgré une marge de variation liée à la « main innocente », on pourra constater que les courbes de textes d’un même locuteur (ici Baudelaire) s’orientent « résolument » et majoritairement dans la même direction indépendamment de leur contenu thématique, résultat impossible à obtenir lors d’une contre-épreuve : le tirage au sort des séries et valeurs des mots issus de ces poèmes donne une courbe à pente aléatoire.

Dans ce travail nous ne recourons qu’à trois diagnostics de « point de vue », mais il en existe davantage (pour une future recherche).


• On observe sur le corpus des Les Fleurs du mal quatre types de courbes.

Des courbes mettant en évidence un profil « extraverti » (point de vue « E ») : environ 80%

Des courbes à profil « introverti » (point de vue « I »), par exemple celle du poème XVII « La beauté » (L’explication par l’ironie et l’antiphrase est prouvée par le contexte : le démenti apporté par Baudelaire dans le poème immédiatement suivant nommé « l’Idéal », dont la courbe est typiquement « extravertie ».

Une courbe à profil « hésitant » pour « Les chats » (balancement dans les deux quatrains, premier tercet « I », second tercet « E »), à comparer aux courbes « extraverties » des autres poèmes « Le chat ».

Des courbes d’allure aléatoire (près de 20 %) pour lesquelles nous tenterons de montrer le rôle joué par diverses contraintes poétiques dans le gommage de la dimension subjective mise en évidence par l’A.L.S.

Nos résultats, s’ils se trouvaient confirmés, auraient, entre autres, un impact direct sur les choix lexicaux dans les traductions de Baudelaire en langues étrangères.

…..

note 1 : un informaticien a déjà réalisé une autre sorte de visualisation que les courbes, à perfectionner : le diagnostic « mot-à-mot apparaît dans le texte même de chaque poème sous la forme de la mise en couleurs du lexique pertinent, mettant en évidence une coloration dominante, et illustrant littéralement l’expression « LA COULEUR DES SENTIMENTS »

Le logiciel TXM (Windows, Mac OS, Linux) : http://textometrie.ens-lyon.fr/

Présentation : http://textometrie.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique96