Application de l’A.L.S. au corpus des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire

Projet de recherche

Application de l’A.L.S. au corpus des

Fleurs du Mal de Charles Baudelaire


Présentation du corpus :

l’intégralité des poèmes du recueil des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire (Les Fleurs du mal, J. Delabroy, Paris : Magnard, Collection Textes et contextes. 1986),

plus certains textes de Baudelaire existant aussi en prose comme Invitation au voyage ce qui permet la comparaison entre les deux versions,

plus quelques textes de commentateurs de Baudelaire (tirés du recueil cité supra),

plus quelques poèmes d’autres auteurs à des fins de comparaison.

(« l’intégralité des poèmes » : pas de choix « ad hoc » des textes favorisant nos hypothèses… voir K.Popper)


Objectifs de la recherche :

• Objectivation graphique (après expertise sur le lexique) d’une des dimensions subjectives à l’œuvre dans la composition des textes du corpus. La méthode de diagnostic utilisée est une approche originale d’analyse de discours, l’Analyse des Logiques Subjectives (A.L.S.), exposée dans l’article intitulé HYPERLINK « http://www.revue-texto.net/Parutions/Marges/00_ml082004.pdf »Linguistique et psychanalyse : pour une approche logiciste. et résumé dans l’article HYPERLINK « http://analogisub.over-blog.com/pages/Facsimile_de_la_page_sur_lALS_dans_WIKIPEDIA-4590538.html »Analyse des Logiques Subjectives rédigé pour Wikipedia.

Définition de l’A.L.S. : voir l’article ci-dessus.

On prend ici en compte le sens des mots, non pas globalement (contenu, thèmes, notions) mais en le décomposant en atomes de sens (sèmes) le plus élémentaires possible, ce qui permettra de trouver des tendances générales, des « invariants subjectifs » indépendants du sujet abordé dans le texte considéré ; ici, ce qui fait de Baudelaire un « poète maudit », qu’il parle d’amour, de mort, de voyage, de parfum, de beauté, etc. Le travail se fait uniquement sur le lexique (cf l’argumentation dans la langue d’Oswald Ducrot) en ne traitant pas la syntaxe, pour des raisons expliquées dans les articles cités. Cette opposition recouvre en partie la distinction entre « persuader » (plaidoyer lexical) et « convaincre » (validité des parcours inférentiels indépendamment des « objets » considérés).

• Ainsi ce qui est visé dans l’A.L.S. ce n’est point l’isotopie (angle sémantique), mais en quelque sorte l’isothymie (angle axiologique).

• L’A.L.S. ajoute aux analyses classiques ou modernes en poésie une nouvelle dimension. Laissant à d’autres spécialistes l’étude de la singularité poétique (singularité du poète par sa biographie, singularité du (recueil de) poème(s) par sa place dans l’œuvre et son caractère unique), elle cherche au contraire à mettre en évidence le dénominateur commun à l’auteur, à ses continuateurs (d’autres « poètes maudits » par exemple) et à ses lecteurs : qui l’apprécie, qui le rejette, et dans quels termes (les réseaux de complicité).


L’analyse semi-automatique de textes au moyen de l’A.L.S : fonctionne avec un simple tableur, mais le projet propose d’en faire un ou plusieurs programmes (voir note 1).

• Bien moins ambitieuse et difficile à réaliser que le programme de validation complet (modélisation du raisonnement d’expertise par les techniques d’I.A), elle offre un outil informatisé facilement disponible et relativement fiable de visualisation de textes en vue de leur comparaison.

• Elle consiste, après saisie d’un texte dans un traitement de textes, à n’en retenir que le lexique pertinent pour l’A.L.S. (voir ci-dessous).

• Une macro-instruction permet de disposer tous les mots en colonne, puis d’éliminer la ponctuation et les mots non porteurs de traits A ou B (la « poussière grammaticale » : articles, prépositions, conjonctions de coordination et de subordination, pronoms relatifs et personnels, etc.) pour ne garder que les noms, verbes, adjectifs et adverbes, plus quelques prépositions de situation (sur, sous, devant, derrière, autour, à travers…). Les expressions figées doivent pour l’instant être reconstituées à la main, mais pourraient être conservées d’emblée par comparaison avec une table.

• Il faut « LEMMATISER » le lexique du texte (mettre les noms au singulier, les verbes à l’infinitif etc.). Le logiciel TXM le fait parfaitement, il offre en plus le corpus des « Fleurs du mal ».

• Cette liste verticale de mots pertinents est transportée dans un tableur muni de quelques macro-instructions.

• Chaque mot est alors automatiquement diagnostiqué « A », « B », « 0 » ou « ? » par comparaison soit avec un dictionnaire général, soit avec un lexique spécifique* à l’auteur (Baudelaire dans le cas de cette étude), ce qui permet un gain considérable de temps de recherche. Les expressions figées ou les éventuels proverbes sont diagnostiqués par comparaison avec une table de référence.

* Le lexique spécifique peut être étalonné à partir du dictionnaire général, sous réserve des modifications propres à un auteur.

• La valeur (+, 0 ou ?) de chaque mot, expression ou proverbe est automatiquement diagnostiquée par le même dictionnaire pour les mots (resp. expression ou proverbe) dont la valeur est « lexicalisée », c’est-à-dire soit toujours positive (par exemple gracieux, héroïque), soit toujours négative (par exemple insupportable, laxiste). Si on utilise le lexique spécifique à Baudelaire, on peut y modifier manuellement certaines valeurs lexicalisées. Ex : le mot Idéal est B+ et non B chez Baudelaire.

• Sinon le mot (par exemple léger, dont la valeur dépend du contexte) ou l’expression, ou le proverbe, est noté « + », « « , « 0 » ou « ? » par une « main innocente » (non experte en A.L.S.) dans le contexte fourni par le texte analysé, ce qui introduit une incertitude liée à l’interprétation du lecteur.

• Le tableur fait alors automatiquement le diagnostic de « point de vue » pour chaque mot : B+ ou A = Introverti (noté par +1), A+ ou B = Extraverti (noté par 1), tous les autres cas, indécidables, étant notés par 0.

• Une courbe non statistique cumulant ces +1, 1 ou 0 permet alors de visualiser l’orientation du texte vers l’un des points de vue Extraverti ou Introverti, ou son hésitation entre les deux, ou encore un parcours spécifique à un texte donné (exemple du poème de Baudelaire Les chats).

• Malgré une marge de variation liée à la « main innocente », on pourra constater que les courbes de textes d’un même locuteur (ici Baudelaire) s’orientent « résolument » et majoritairement dans la même direction indépendamment de leur contenu thématique, résultat impossible à obtenir lors d’une contre-épreuve : le tirage au sort des séries et valeurs des mots issus de ces poèmes donne une courbe à pente aléatoire.

Dans ce travail nous ne recourons qu’à trois diagnostics de « point de vue », mais il en existe davantage (pour une future recherche).


• On observe sur le corpus des Les Fleurs du mal quatre types de courbes.

Des courbes mettant en évidence un profil « extraverti » (point de vue « E ») : environ 80%

Des courbes à profil « introverti » (point de vue « I »), par exemple celle du poème XVII « La beauté » (L’explication par l’ironie et l’antiphrase est prouvée par le contexte : le démenti apporté par Baudelaire dans le poème immédiatement suivant nommé « l’Idéal », dont la courbe est typiquement « extravertie ».

Une courbe à profil « hésitant » pour « Les chats » (balancement dans les deux quatrains, premier tercet « I », second tercet « E »), à comparer aux courbes « extraverties » des autres poèmes « Le chat ».

Des courbes d’allure aléatoire (près de 20 %) pour lesquelles nous tenterons de montrer le rôle joué par diverses contraintes poétiques dans le gommage de la dimension subjective mise en évidence par l’A.L.S.

Nos résultats, s’ils se trouvaient confirmés, auraient, entre autres, un impact direct sur les choix lexicaux dans les traductions de Baudelaire en langues étrangères.

…..

note 1 : un informaticien a déjà réalisé une autre sorte de visualisation que les courbes, à perfectionner : le diagnostic « mot-à-mot apparaît dans le texte même de chaque poème sous la forme de la mise en couleurs du lexique pertinent, mettant en évidence une coloration dominante, et illustrant littéralement l’expression « LA COULEUR DES SENTIMENTS »

Le logiciel TXM (Windows, Mac OS, Linux) : http://textometrie.ens-lyon.fr/

Présentation : http://textometrie.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique96



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.