Analyse fine d’un texte d’Hélène Cixous au moyen de l’A.L.S.©

Analyse fine d’un texte au moyen de l’A.L.S.©

(Analyse des Logiques Subjectives©)

Première partie

Voici, à comparer plus tard avec un texte de Luce Irigaray de la même époque (Quand nos lèvres se parlent, qui sera présenté en fin de 2ème partie), un long extrait de Sorties, par Hélène Cixous in « La jeune née » 10/18, 1975. Nous présentons ici une analyse assez détaillée de cet extrait au moyen de l’A.L.S.©. Pour gagner du temps, les séries et les valeurs sont déjà notées. Même convention que d’habitude (mots en italique : série A ; mots en gras : série B ; mots en italigras : parler E → I ; mots soulignés : valeur + ; mots non soulignés : valeur ).

D’une certaine manière l’écriture féminine ne cesse de résonner du déchirement qu’est pour la femme la prise de la parole orale, — « prise » qui est effectuée plutôt comme un arrachement, un essor vertigineux et un lancer de soi, une plongée. Écoute parler une femme dans une assemblée (si elle n’a pas douloureusement perdu le souffle) : elle ne « parle » pas, elle lance dans l’air son corps tremblant, elle se lâche, elle vole, c’est toute entière qu’elle passe dans sa voix, c’est avec son corps qu’elle soutient vitalement la « logique » de son discours : sa chair dit vrai. Elle s’expose. En vérité, elle matérialise charnellement ce qu’elle pense ; elle le signifie avec son corps. Elle inscrit ce qu’elle dit, parce qu’elle ne refuse pas à la pulsion sa part indisciplinable et passionnée à la parole. Son discours, même « théorique » ou politique, n’est jamais simple ou linéaire, ou « objectivé », généralisé, elle entraîne dans l’histoire son histoire.

Toute femme a connu le tourment de la venue à la parole orale, le cœur qui bat à se rompre, parfois la chute dans la perte de langage, le sol, la langue se dérobant, tant parler est pour la femme — je dirai même ouvrir la bouche en public, une témérité, une transgression.

Double détresse, car même si elle transgresse, sa parole choit presque toujours dans la sourde oreille masculine, qui n’entend dans la langue que ce qui parle au masculin.

Parler, lancer des signes vers une scène, faire usage de la rhétorique adéquate, c’est à quoi culturellement nous ne sommes pas accoutumées. Mais aussi à quoi nous ne trouvons pas notre plaisir : on ne tient, en effet un discours qu’à un certain prix. La logique de la communication exige une économie et de signes — de signifiants — et de subjectivité. On demande à l’orateur qu’il déroule un fil sec, maigre, raide. Nous aimons l’inquiétude, le questionnement. Il y a du déchet dans ce que nous disons. Nous avons besoin de ce déchet. Écrire, c’est toujours en cassant la valeur d’échange qui maintient la parole sur son rail, faire à la surabondance, à l’inutile, leur part sauvage. C’est pourquoi, il est bon de laisser la langue s’essayer, comme on essaie une caresse, de prendre le temps qu’il faut à une phrase une pensée, pour se faire aimer, se faire résonner.

Voix ! c’est aussi se lancer, cet épanchement dont il ne revient rien. Exclamation, cri, essoufflement, hurlement, toux, vomissement, musique. Elle part. Elle perd. Et c’est ainsi qu’elle écrit, comme on lance la voix, en avant, dans le vide. Elle s’éloigne, elle avance, ne se retourne pas sur ses traces pour les examiner. Ne se regarde pas. Course casse-cou. Au contraire du narcissisme masculin, préoccupé, s’assurant de son image, d’être regardé, de se voir, de rassembler ses éclats, de se rempocher. Regard ramenant, regard toujours divisé retournant, économie du miroir, il faut qu’il s’aime. Mais elle : s’élance, cherche à aimer. Ainsi d’ailleurs l’a senti Valéry, marquant d’ambiguïté sa Jeune Parque se cherchant, masculine dans sa jalousie d’elle-même : « se voyant se voir », devise de toute spéculation / spécularisation phallocentrique ; de tout Teste ; féminine dans l’éperdue descente plus bas plus bas où dans le ressassement de la mer se perd une voix qui ne se connaît pas.

Voix-cri. Agonie, — « parole » explosée, déchiquetée par la douleur et la colère, pulvérisant le discours : ainsi a-t-elle toujours été entendue déjà depuis l’époque où la société masculine commençait à l’écarter du devant de la scène, à l’expulser, à la dépouiller. Depuis Médée, depuis Électre…

Voix : détachement, et fracas. Feu ! Elle tire, elle se tire. Casse. Depuis leur corps où elles ont été enterrées, confinées, et en même temps interdites de jouir. De la féminité les femmes ont presque tout a écrire : de leur sexualité, c’est-à-dire de l’infinie et mobile complexité de leur érotisation, des ignitions fulgurantes de telle infimeimmense région de leur corps, non du destin, mais de l’aventure de telle pulsion, voyages, traversées, cheminements, brusques et lents éveils, découvertes d’une zone naguère timide, tout à l’heure surgissante. Le corps de la femme aux mille et un foyers d’ardeur, quand elle le laisserafracassant les jougs et censuresarticuler le foisonnement des significations qui en tous sens le parcourt, c’est de bien plus d’une langue qu’il va faire retentir la vieille langue maternelle à un seul sillon.


Outre la notation des séries et des valeurs, nous allons considérer dans ce texte un certain nombre de verbes réfléchis, source d’information pertinente pour l’A.L.S.

Tout verbe pronominal n’est pas réfléchi : se battre (l’un l’autre, mutuel), se servir un verre (à soi-même, complément d’objet indirect = datif). Seuls sont dits réfléchis les verbes où « se »est complément d’objet direct = accusatif. Les voici (ainsi que les tournures équivalentes) dans le texte de Cixous :

lancer de soi, lancer dans l’air son corps, se lâcher, s’exposer, s’essayer, se faire aimer, se faire résonner, se lancer, s’éloigner, se retourner, se regarder, s’assurer, se voir, rassembler ses éclats, se rempocher, s’aimer, s’élancer, se chercher, se tirer.

Analyse détaillée :

Premier paragraphe : le point de vue I (introverti) domine, sous forme de nombreux mots de la série A valorisés, les mots de la série B étant dévalorisés (se reporter ailleurs aux listes d’atomes) :

  • mots de la série A valorisés : parler, ne cesse (« cesser » étant B), résonner, déchirement, parole orale (pléonasme ? ou opposé de « parole écrite » ?), arrachement, essor, vertigineux, lancer de soi, plongée, souffle), lance, air, corps, tremblant, se lâche, vole, passe, voix, corps, vitalement, chair, s’expose, matérialise, charnellement, corps, ne refuse pas, pulsion, indisciplinable, passionnée, parole, entraîne, histoire (personnelle)

  • mots de la série B dévalorisés : « prise », « parle », « théorique », « logique », politique, simple, linéaire, « objectivé », généralisé

  • mots neutres : prise, pense, signifie, dit, histoire (comme champ du savoir)

Il y a quelques « intrus » amenant de brefs passages dans le point de vue E (inrtoverti) :

  • mots de la série A dévalorisés :

    douloureusement : « douloureux » est rattaché à la série A en vertu du fait que toute majoration de sensation, bonne ou mauvaise, y figure (« indolore » étant à l’inverse rattaché à la série B). Le point de vue E valorise les « sensations fortes » même désagréables, et recherche le « sensationnel ». Quand à la douleur au sens plein du terme, elle est recherchée en écho à celle infligée par le parent rejetant : dans « Bénédiction » (par antiphrase!) de Baudelaire, au « sadisme » maternel (« Je tordrai cet arbre misérable » qu’est l’enfant maudit) répond le « masochisme » de son fils : « Je sais que la douleur est la noblesse unique ». Ici « douleur » est dévalorisé, on est donc dans le point de vue I.

    – perdu : perdre est A, comme garder est B. Il est ici dévalorisé, on est donc encore dans le point de vue I.

  • mots de la série B valorisés :

    toute entière : «entière» est rattaché à la série B (comme « fragmentée » serait rattaché à la série A) et renforcé par « toute ». La locution est valorisée, on est dans le point de vue I.

    soutient, incrit, vrai : même remarque.

Quelques points particuliers  :

  • On note « parole orale » et « parler » comme A valorisé, mais pourtant on note « parle » comme B dévalorisé dans « elle ne « parle » pas, elle… ». En effet « parler » est une molécule mixte, qui contient les atomes A « sonore », « vocal », « éphémère » mis en relief dans son opposition à « écrire » (« les paroles s’envolent, les écrits restent »), mais qui contient également les atomes B « passif » et « immobile » dans son opposition à « agir » (« actif », « mobile ») : « assez de paroles, des actes ! ». H. Cixous retire comme inapproprié le mot « parle » dans ce sens passif, pour le remplacer par des verbes d’action : « elle lance dans l’air son corps tremblant, elle se lâche, elle vole, elle passe dans sa voix ».

  • Dans « prise de parole orale », « prise » est neutre, vide de toute sémantique de saisie, capture, etc., c’est la forme substantivée de « prendre la parole », où « prendre » est un verbe-support qui associé au nom prédicatif « parole » constitue une paraphrase de « commencer à parler ». Mais dans son élan « extraverti » H. Cixous fait mine de ressusciter le sens plein (pourtant ici absent) de saisie-capture pour remplacer le mot « prise » (abusivement rattaché de ce fait à la série B) par des mots de la série A, valorisés : arrachement, essor vertigineux, lancer de soi, plongée.

  • « plongée », dans ce contexte de mouvement et de projection de l’action en cours, est A. Mais dans un contexte différent où domine à l’arrivée l’immersion prolongée dans un milieu pourtant liquide (A) mais qui menace le sujet de noyade-asphyxie-étouffement (B) sans retour à l’air libre (A), « plonger » et ses dérivés deviennent B : « être plongé dans le noir/la dépression/les soucis », « il a plongé », etc. Il rejoint alors « couler », « sombrer », « être submergé », « se noyer »…

(Suite de l’analyse dans la deuxième partie, en cours de rédaction)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *