Archives de catégorie : Graphiques

Vingt-quatre graphes de poèmes des Fleurs du Mal de Baudelaire

Ces vingt-quatre graphes (copier-coller de graphiques obtenus avec OpenOffice Calc) exemplifient les résultats de l’analyse semi-automatique de textes au moyen de l’A.L.S  (lire sur ce site mon article : « Application de l’A.L.S. au corpus des « Fleurs du Mal » de Ch. Baudelaire.)

. On observe sur le corpus des Fleurs du mal quatre types de courbes :

Des courbes mettant en évidence un profil « extraverti » (point de vue « E ») : environ 80 %

Une courbe à profil « introverti » (point de vue « I »), celle du poème XVII « La beauté » (l’explication par l’ironie et l’antiphrase est prouvée par le contexte: le démenti apporté par Baudelaire dans le poème immédiatement suivant nommé « l’Idéal », dont la courbe est typiquement « extravertie ».

Une courbe à profil « hésitant » pour « Les chats » (balancement dans les deux quatrains, premier tercet « I », second tercet « E »), à comparer aux courbes « extraverties » des autres poèmes « Le chat ».

Des courbes d’allure aléatoire (près de 20 %) pour lesquelles nous tenterons de montrer le rôle joué par diverses contraintes poétiques dans le gommage de la dimension subjective mise en évidence par l’A.L.S.

Nos résultats, s’ils se trouvaient confirmés, auraient, entre autres, un impact direct sur les choix lexicaux dans les traductions de Baudelaire en langues étrangères.

Rappel de la méthode graphique : L’analyse semi-automatique de textes au moyen de l’A.L.S :

• Bien moins ambitieuse et difficile à réaliser que le programme de validation complet ébauché au G.R.T.C. (Groupe de Représentation et de Traitement des Connaissances), elle offre un outil informatisé facilement disponible et relativement fiable de visualisation de textes en vue de leur comparaison.

• Elle consiste, après saisie d’un texte dans un traitement de textes, à n’en retenir que le lexique pertinent pour l’A.L.S.

• Une macro-instruction permet de disposer tous les mots en colonne, puis d’éliminer la ponctuation et les mots non porteurs de traits A ou B (la « poussière grammaticale » : articles, prépositions, conjonctions de coordination et de subordination, pronoms relatifs et personnels, etc.) pour ne garder que les noms, verbes, adjectifs et adverbes, plus quelques prépositions de situation (sur, sous, devant, derrière, autour, à travers…). Les expressions figées doivent pour l’instant être reconstituées à la main, mais pourraient être conservées d’emblée par comparaison avec une table.

• Il faut « LEMMATISER » à la main le lexique du texte (mettre les noms au singulier, les verbes à l’infinitif etc.), en attendant d’automatiser cette tâche dans le futur.

• Cette liste verticale de mots pertinents est transportée dans un tableur muni de quelques macro-instructions.

• Chaque mot est alors automatiquement diagnostiqué « A », « B », « 0 » ou « ? » par comparaison soit avec un dictionnaire général, soit avec un lexique spécifique à l’auteur (Baudelaire dans le cas de cette étude), ce qui permet un gain considérable de temps de recherche. Les expressions figées ou les éventuels proverbes sont diagnostiqués par comparaison avec une table de référence.

• La valeur (+, 0 ou ?) de chaque mot, expression ou proverbe est automatiquement diagnostiquée par le même dictionnaire pour les mots (resp. expression ou proverbe) dont la valeur est « lexicalisée », c’est-à-dire soit toujours positive (par exemple gracieux, héroïque), soit toujours négative (par exemple insupportable, laxiste).

• Sinon le mot (par exemple léger, dont la valeur dépend du contexte) ou l’expression, ou le proverbe, est noté « + », « « , « 0 » ou « ? » par une « main innocente » (non experte en A.L.S.) dans le contexte fourni par le texte analysé, ce qui introduit une incertitude liée à l’interprétation du lecteur.

• Le tableur fait alors automatiquement le diagnostic de « point de vue » pour chaque mot : B+ ou A = Introverti (noté par +1), A+ ou B = Extraverti (noté par 1), tous les autres cas, indécidables, étant notés par 0.

• Une courbe non statistique cumulant ces +1, 1 ou 0 permet alors de visualiser l’orientation du texte vers l’un des points de vue Extraverti ou Introverti, ou son hésitation entre les deux, ou encore un parcours spécifique à un texte donné (exemple du poème de Baudelaire Les chats).

• Malgré une marge de variation liée à la « main innocente », on a la surprise de constater que les courbes de textes d’un même locuteur (ici Baudelaire) s’orientent « résolument » et majoritairement dans la même direction indépendamment de leur contenu thématique, résultat impossible à obtenir lors d’une contre-épreuve : le tirage au sort des séries et valeurs des mots issus de ces poèmes donne une courbe à pente aléatoire.

. On trouvera ci-dessous quelques exemples de graphes, qui seront commentés un par un dans un prochain billet. Cliquer d’abord sur l’image, puis sur la loupe pour l’agrandir…

(ERRATUM : le graphe « LA VIE ANTÉRIEURE » en 3ème position dans la colonne du milieu a subsisté par erreur sous sa forme provisoire, en double. Sa version définitive et exacte se trouve dans la dernière ligne de cet ensemble de graphes)

Vingt-quatre graphes de poèmes des Fleurs du Mal de Baudelaire